La Croix-Rouge à la peine face aux violences sexuelles

Par

L’association, qui compte plus de 17 000 personnes salariées en France, a beau avoir mis en place un dispositif spécifique pour les situations de harcèlement sexuel, dans les faits, la pratique semble bien différente. Illustration avec le cas d’Émilie Hantzberg. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« À la Croix-Rouge, nous avons à cœur de préserver nos salariés du harcèlement sexuel. Il s’agit d’un véritable enjeu pour l’employeur que nous sommes. » L’engagement est exprimé par Jean-Sébastien Schwertz, directeur national des opérations de l’institution, rassemblant plus de 59 857 bénévoles et 17 217 salariés. Selon les informations de Mediapart, dans au moins un cas récent, l’association a pourtant multiplié les dysfonctionnements.