Un attentat à nos libertés

Par

Le massacre est sans précédent. Les assassins de l'esprit qui ont ciblé Charlie Hebdo s'en sont pris au cœur de ce qui constitue la démocratie, la liberté de la presse et, au-delà, nos libertés individuelles et collectives. Ses conséquences sont, à ce stade, incalculables.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Douze morts, onze blessés. Une rédaction froidement massacrée, deux policiers tués. L'attentat commis par un commando de trois hommes contre Charlie Hebdo est bien « le jour le plus noir de la presse française », comme le dit Reporters sans frontières. C'est un acte sans précédent, un acte jamais survenu en France ni dans le reste du monde. C'est un acte de terreur – le plus meurtrier depuis cinquante ans – dont les premières victimes sont les membres de l'équipe de Charlie Hebdo. À travers eux, c'est un journal qui est mis à terre et un journal qui, depuis sa création en 1969, a été l'un des emblèmes de nos libertés.