Le départ de Borloo de l’UDI réveille les vieux démons du centre

Par

Le président de l’Union des démocrates et des indépendants (UDI) a annoncé, dimanche 6 avril, mettre un terme « à ses fonctions et mandats » politiques. Succession, alliance avec le MoDem, indépendance vis-à-vis de l'UMP... À quelques semaines des européennes, ce départ ravive les tensions.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Devenir la « principale force politique d'opposition ». Telle était l’ambition de Jean-Louis Borloo pour son parti. En novembre 2012, au plus fort de la crise interne de l’UMP, le président de l’Union des démocrates et des indépendants (UDI), créée un mois plus tôt, soulignait dans Le Monde la nécessité d’une « coalition de l'UDI et de l'UMP », tout en réaffirmant son indépendance. « Il y a deux visions, deux équipes, disait-il. Celle de Jean-François Copé et la nôtre. L'opposition a désormais deux leaders. »