Le syndicat Solidaires: «Le maintien de l’ordre est à revoir»

Par

Très actif dans la dénonciation des violences policières depuis le début de la mobilisation contre la loi travail, Solidaires fait aussi le lien entre l'intersyndicale et le mouvement Nuit debout.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Défendant un « syndicalisme de luttes » ainsi qu'un projet de « transformation sociale » radical, le syndicat Solidaires a gagné en visibilité depuis le début de la mobilisation contre la loi sur le travail. Sa porosité avec Nuit debout ne fait pas de doute, d'autant plus que les deux mouvements dénoncent d'une même voix les violences policières. « Le gouvernement a une stratégie », dénonce Éric Beynel, l'un des deux porte-parole de l'organisation avec Cécile Gondard-Lalanne. Ce discours ainsi que la volonté affichée de durcir le ton dans le mode opératoire peinent cependant à s'imposer dans l'intersyndicale montée contre la loi El Khomri et qui rassemble également la CGT, FO, la FSU et l'Unef.