Un vote divers mais sans adhésion pour Macron

Des électeurs divisés, résignés et incertains sur l’avenir politique du pays : c’est le tableau en demi-teinte que dessinent les propos recueillis par nos correspondants à la sortie des bureaux de vote tout au long de la journée du 7 mai, de Lyon à Nantes et de Lille à Toulouse et Marseille.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sur le plateau de La Croix-Rousse, à Lyon, Emmanuel Macron est un peu comme à la maison. Au bureau de vote 401 de la mairie du 4e arrondissement, le candidat d’En Marche! est arrivé largement en tête au premier tour, devant Jean-Luc Mélenchon, avec 34 % des voix. Le maire de l’arrondissement, David Kimelfeld, premier secrétaire de la fédération PS du Rhône, et sérieux prétendant à la succession de Gérard Collomb à l’hôtel de ville de Lyon, est un fidèle soutien du candidat d’En Marche!. Avec plus de 150 personnes, le comité local est même l’un des plus actifs de l’agglomération. « Des socialistes, des gens du MoDem, des soutiens de Juppé et des personnes de la société civile, tous ceux qui se reconnaissent dans la philosophie du mouvement », détaille Virginie Varenne, gérante de TPE et responsable d’En Marche! dans l’arrondissement.