Amélie de Montchalin, fer de lance de la transformation du service public

Par

La nouvelle ministre de la « transformation et des services publics » incarne la volonté d’Emmanuel Macron d’accélérer la gestion managériale des services publics. Ce pourrait être une orientation forte de la fin du quinquennat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si l’on voulait une preuve irréfutable que le cap économique du quinquennat d’Emmanuel Macron n’a pas été modifié par les crises sanitaire et économique, on pourrait citer la nomination d’Amélie de Montchalin au ministère de la « transformation et de la fonction publique ». L’intitulé de ce portefeuille et son nouveau titulaire démontrent que l’essence du macronisme est préservée, mais que la volonté d’accélération est évidente.