À Aubervilliers, la piscine des JO sera gérée par le privé

Par

Le centre aquatique olympique qui menace des jardins ouvriers est au programme du conseil municipal du 8 juillet. Délégation de service public, hôtels et bureaux : en dépit de la mobilisation pour sauver ces parcelles, un aménagement brutal se profile.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La municipalité d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) avance à grands pas dans la création de la piscine d’entraînement des Jeux olympiques de 2024, qui doit être construite sur des jardins ouvriers. La maire (UDI) Karine Franclet, sortie victorieuse des récentes élections départementales, a inscrit à l’ordre du jour du conseil municipal du 8 juillet une motion d’approbation d’une délégation de service public (DSP) du futur centre aquatique. L’occupation depuis mai de plusieurs parcelles pour en empêcher la destruction et la déclaration d’une « JAD » (« jardins à défendre ») semblent être ignorées par la commune.