France Brève

La commission européenne demande à la France d'accueillir 24.000 réfugiés

Paris se dit prêt à accueillir 24 000 personnes sur deux ans dans le cadre des quotas de réfugiés européens, a répondu lundi François Hollande.

La rédaction de Mediapart

7 septembre 2015 à 11h59

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

L'Union européenne va proposer à l'Allemagne d'accueillir 31 000 demandeurs d'asile supplémentaires en provenance de Grèce, d'Italie et de Hongrie. Elle demande à la France d'en accueillir 24 000 sur un total de 120 000 réfugiés arrivés en Europe. La France est prête à accueillir 24 000 personnes sur deux ans dans le cadre des quotas de réfugiés européens, a répondu lundi François Hollande.

« C'est une crise, elle est dramatique, elle est grave, elle peut être maîtrisée et elle le sera », a déclaré le chef de l'Etat, qui a proposé une conférence internationale pour les réfugiés à Paris. Il a précisé que les dirigeants européens seraient saisis si les ministres de l'intérieur de l'Union ne parvenaient pas à s'entendre le 14 septembre.

De son côté, Angela Merkel s'est félicitée lundi de l'attitude de l'Allemagne en matière d'accueil des réfugiés tout en soulignant que la décision de son gouvernement d'ouvrir largement ses frontières aux réfugiés était temporaire après l'arrivée ce week-end de 20 000 personnes dans le pays. L'arrivée de milliers de réfugiées a permis de dresser de l'Allemagne un tableau « qui peut nous rendre fiers de notre pays », a déclaré la chancelière allemande lors d'une conférence de presse avec le vice-chancelier Sigmar Gabriel.

Les deux dirigeants ont toutefois noté que l'accueil des réfugiés ne pouvait être à la charge de quelques pays européens seulement et tous deux ont appelé à une solution européenne en la matière. La chancelière a notamment prôné une réponse européenne renforcée, des lieux d'accueil spécifique pour le traitement des réfugiés et annoncé son intention de travailler à une politique européenne commune en matière de droit d'asile dans les prochaines années.

La Grèce a pour sa part demandé lundi une aide humanitaire supplémentaire à l'Union européenne pour faire face à la « situation instable » provoquée par l'afflux sur son territoire de migrants. Un ferry est arrivé lundi matin dans le port du Pirée avec 2 500 réfugiés à son bord, ce qui porte à plus de 15 000 le nombre de personnes acheminées des îles grecques de Kos et de Lesbos vers le continent en une semaine. Athènes souhaite que l'UE active son mécanisme de protection civile, organisme de gestion de crise chargé de la fourniture de personnels, de médicaments, de produits pharmaceutiques, de vêtements et d'équipements, a dit le ministère grec de l'intérieur.

Quant au premier ministre hongrois Viktor Orban, il a estimé lundi que l'Union européenne devait fournir un soutien financier à la Turquie et aux autres pays non membres de l'UE pour les aider à gérer l'afflux de migrants et de réfugiés qui tentent de rejoindre l'Europe. Le chef du gouvernement de droite a également estimé que la discussion des quotas de répartition des migrants entre Etats membres de l'Union européenne était prématurée tant que le bloc des Vingt-Huit ne sera pas à même de défendre sa frontière extérieure.

« Tant que l'Europe ne pourra protéger ses frontières extérieures, la discussion du sort de ceux qui affluent n'aura pas de sens », a déclaré Viktor Orban en précisant qu'il n'excluait pas une discussion « honnête » sur les quotas à un stade ultérieur. « Il serait beaucoup plus sensé si l'Union européenne établissait un fonds (...) à partir duquel, en accord avec les pays qui sont importants pour nous, comme la Turquie, nous pourrions fournir un soutien pour traiter le problème des réfugiés dans ces pays. »

La rédaction de Mediapart


21 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Migrations — Enquête
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
À l’air libre
par à l’air libre
Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne