Violences policières: ce que révèlent les cas Vadot et Jounin

Aller au-delà des cas personnels. Jeudi au tribunal de Bobigny, le procès de Nicolas Jounin, sociologue accusé de violences sur un policier lors d’une mobilisation contre la loi sur le travail, a tourné au procès des pratiques policières. Pratiques mises en cause le matin même par Guillaume Vadot, insulté et agressé par des policiers le 22 septembre à Saint-Denis.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Les deux histoires ont de multiples points communs : un jeune homme blanc, enseignant-chercheur d’un côté, sociologue de l’autre ; les deux affaires se passent en Seine-Saint-Denis ; dans les deux cas, les policiers sont accusés de violences ; dans les deux cas, les témoignages des forces de l’ordre sont pris en défaut. Avec des différences tout de même : d’un côté Guillaume Vadot, jeune enseignant-chercheur, a été agressé verbalement et physiquement par deux policiers alors qu’il tentait de filmer une arrestation musclée devant la gare de Saint-Denis. De l’autre, Nicolas Jounin, sociologue, participait le 28 avril à une action intersyndicale contre la loi sur le travail. Il finit par être arrêté, accusé d’avoir frappé un policier, mais affirme le contraire : ce sont des policiers qui l’ont frappé. En creux de ces deux affaires : la question des violences policières. Mais pas seulement. Ces deux victimes blanches, chacune à sa façon, mettent aussi en lumière des pratiques policières jusque-là réservées aux quartiers populaires, aux personnes racisées, aux « banlieues », en somme. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Histoire
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Europe
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Migrations — Reportage
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Climat — Reportage
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou