Usul. Qui peut parler au nom des étudiants?

Par Usul et Rémi Liechti

Pour aborder la question de la détresse des étudiants, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a reçu cinq influenceurs. Mais les syndicats d’étudiants n’auraient-ils pas été mieux placés pour relayer leurs préoccupations ?

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

© Mediapart

Gabriel Attal a enfin lancé sa chaîne sur la plateforme de streaming vidéo Twitch et a tenu à aborder, dès son premier rendez-vous avec les internautes, le sujet de la détresse étudiante. Pour ce faire, le porte-parole du gouvernement a reçu cinq influenceurs et leur a proposé une discussion « sans filtre ». Bien entendu, ce dispositif a soulevé beaucoup de questions et cette émission a été largement commentée.

Mais si les étudiants ne se sont pas toujours sentis bien représentés par ces vedettes des réseaux sociaux, assez éloignées de leurs préoccupations, qui aurait pu porter au mieux leur parole ? Et pourquoi pas, tout simplement, les syndicats d’étudiants ?

> Suivez « Ouvrez les guillemets » sur Twitter, Facebook et YouTube.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous