Dans l’Hérault, les identitaires tombent le masque

Par Héloïse Broseta (Le D'OC)

Le département de l’Hérault plaçait en 2017 Marine Le Pen en tête du premier tour de la présidentielle, avec près de 26 % des voix. Sur ces terres occitanes, l’extrême droite compte sur la propagande de plusieurs groupuscules identitaires, aux actions parfois violentes, qui ont fait du régionalisme leur cheval de bataille.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« On est attentif à l’ultra-gauche, comme à l’ultra-droite. Tous ceux qui représentent une menace pour la République », déclarait, en mai, le préfet de l’Hérault au magazine Le Point à propos du comportement des services de l’État face à la mouvance identitaire. Mais à croire Pierre Pouëssel, il n’y aurait pas de quoi se faire peur : « La Ligue du Midi ne représente pas grand-chose… C’est une petite vingtaine de personnes qui gravitent autour de la famille Roudier. »