Peut-il y avoir des «contreparties» au plan de relance?

Par

Certains membres de la majorité réclament des « contreparties » pour le plan de relance du gouvernement, très généreux pour les entreprises. Le gouvernement tolère le débat, mais il ne peut accepter aucune contrepartie concrète qui serait en contradiction avec sa  stratégie et ses priorités.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Faudrait-il prévoir des « contreparties » aux entreprises au très généreux « plan de relance » annoncé en grande pompe jeudi 3 septembre par le gouvernement ? La question a été posée par plusieurs députés de la majorité, notamment l’ancien socialiste Stéphane Travert, qui demandent plus d’engagements fermes des entreprises en matière d’emplois et d’investissements. Le ministre de l’économie, des finances et de la relance, Bruno Le Maire, tente depuis de botter en touche.