Au procès du gendarme de Sivens: «On ne jette pas une grenade à l’insu de son plein gré»

Par

Le gendarme dont le jet de grenade a blessé une zadiste à Sivens en octobre 2014 a été condamné à Toulouse à six mois de prison avec sursis. La cour est restée en deçà du réquisitoire au terme d’une audience sur laquelle l'actuelle répression du mouvement social a pesé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Six mois de prison avec sursis, interdiction de porter et détenir une arme pendant six mois, condamnation au remboursement des frais de justice à hauteur de 1 000 euros et renvoi à une audience au civil le 3 avril pour une évaluation plus précise du préjudice subi par la victime : c’est la peine, qui ne sera pas inscrite au bulletin no 2 de son casier judiciaire, dont a écopé mardi soir le maréchal des logis-chef Richard Vilamanya.