Au procès du gendarme de Sivens: «On ne jette pas une grenade à l’insu de son plein gré»

Le gendarme dont le jet de grenade a blessé une zadiste à Sivens en octobre 2014 a été condamné à Toulouse à six mois de prison avec sursis. La cour est restée en deçà du réquisitoire au terme d’une audience sur laquelle l'actuelle répression du mouvement social a pesé.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Six mois de prison avec sursis, interdiction de porter et détenir une arme pendant six mois, condamnation au remboursement des frais de justice à hauteur de 1 000 euros et renvoi à une audience au civil le 3 avril pour une évaluation plus précise du préjudice subi par la victime : c’est la peine, qui ne sera pas inscrite au bulletin no 2 de son casier judiciaire, dont a écopé mardi soir le maréchal des logis-chef Richard Vilamanya.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal