«Le modèle français, c’est la police qui fait peur»

Entretien filmé avec le sociologue Sebastian Roché qui décortique les dimensions de la « crise systémique » de la police en France. Il avertit contre le risque de « sud-américanisation » des forces de l’ordre. 

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Sébastian Roché © Mediapart

« On est dans un problème systémique. » Le diagnostic revient à plusieurs reprises dans la bouche de Sebastian Roché, directeur de recherches au CNRS et spécialiste des relations entre les forces de l’ordre et la population.

Dans son dernier ouvrage, le sociologue avait déjà documenté les performances médiocres de la police française en termes de confiance et de satisfaction des administrés par rapport à des pays comparables en niveau de richesses et en ancienneté de la tradition démocratique. Depuis la répression des « gilets jaunes », il a multiplié les prises de parole critiques, avertissant contre le risque de « sud-américanisation » de la police. 

Il s’en explique dans cet entretien à Mediapart, en même temps qu’il esquisse les voies que devrait prendre une réforme sérieuse de la politique de sécurité. L’ingrédient essentiel, « la vision politique », est pour l’instant absent. Pour sa part, il estime qu’il faudrait « moins de policiers, mieux formés ». Et raconte, à la fin de notre conversation, comment son travail auprès de régimes post-autoritaires lui a rendu concret l’impératif de préservation des libertés publiques. 

☞ Cette émission est également disponible en podcast (à retrouver ici).

☞ Vous pouvez retrouver ici l’ensemble des entretiens filmés du journal.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous