Après le second tour, toutes les forces politiques mises au défi

Par et

La victoire d’Emmanuel Macron s’inscrit dans une longue phase de recomposition de l’ordre électoral français, sans y mettre un terme. Le mois prochain, les élections législatives vont à nouveau mettre à l’épreuve les forces politiques prétendant être compétitives pour l’accès au pouvoir.  

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Attendu, le succès d’Emmanuel Macron n’en est pas moins historique. C’est la première fois qu’un candidat l’emporte à partir d’une position centriste autonome, qui plus est à l’aide d’un parti fondé il y a un an à peine, fonctionnant sur un registre entrepreneurial rarement expérimenté à ce point. Bien sûr, cette part d’inédit ne concernera pas les continuités probables en termes de politiques publiques consistant à aligner l’économie française sur les variantes les plus libérales du capitalisme – ce que Bruno Amable et Stefano Palombarini appellent la politique du « bloc bourgeois ».