Macron, tel César dans sa start-up

Par

Dans un régime à bout de souffle, la candidature Macron présente une double originalité. Elle tient d’abord au type de parti qu’il a créé, sorte de firme dévouée à sa seule personne. Elle réside ensuite dans la tentation césariste de son positionnement, en opposition proclamée à un système dont il doit pourtant prévenir l'implosion. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une fois l’effet de sidération passé devant les premiers succès sondagiers d’Emmanuel Macron, son positionnement idéologique et sa stratégie politique ont été décryptés. Rapidement, leur originalité a été mise en doute. La jeunesse, l’ambition, la prétention à dépasser l’opposition droite/gauche, la revendication d’une certaine « modernité »… tout ceci a en effet inspiré de nombreuses comparaisons historiques avec des figures anciennes de la vie politique française, qu’il s’agisse de Jean Lecanuet ou de Valéry Giscard d’Estaing.