Aide aux migrants : les « 7 de Briançon » relaxés en appel

Par

Poursuivis au motif qu'ils auraient facilité l’entrée en France de migrants lors d’une manifestation à la frontière, ces militants « solidaires » avaient été condamnés en 2018.  Devant la cour d’appel de Grenoble, l'un deux écope tout de même de quatre mois de prison avec sursis pour « rébellion ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après trois années de procédure, les « 7 de Briançon » ont finalement été relaxés par la cour d’appel de Grenoble ce jeudi 9 septembre. Ils avaient été condamnés, en 2018, par le tribunal correctionnel de Gap à des peines de prison avec sursis, mais aussi, pour deux d’entre eux, à douze mois de prison dont quatre ferme. En avril de la même année, le groupe de militants avait été accusé d’« aide à l’entrée de personnes en situation irrégulière » pour avoir participé à une marche entre Clavière (Italie) et Briançon (Hautes-Alpes), qui visait à protester contre une action anti-migrants du mouvement d’extrême droite Génération identitaire (désormais dissous).