Le Qatar est de nouveau dans le viseur de la justice anticorruption

Par

Une information judiciaire pour corruption et trafic d'influence a été ouverte au sujet du rachat du Vista Palace, un luxueux cinq étoiles de la Côte d'Azur, par l'ancien émir du Qatar, Hamad ben Khalifa al-Thani. L'ancien propriétaire affirme avoir été spolié lors du redressement judiciaire de l'hôtel. Mediapart révèle un document montrant que l'ex-émir était intéressé par un rachat à 250 millions d'euros, avant d'obtenir le palace pour dix fois moins cher à la barre du tribunal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Qatar est de nouveau dans le collimateur de la justice. Selon des informations recueillies par Mediapart, confirmant celles du Parisien, le parquet national financier a ouvert le 6 novembre une information judiciaire portant notamment sur des soupçons de corruption et trafic d’influence, confiée aux juges Renaud Van Ruymbeke et Charlotte Bilger, au sujet du rachat de l’hôtel Vista Palace, sur la Côte d’Azur, par l’ancien émir du Qatar Hamad ben Khalifa al-Thani, qui a abdiqué en 2013 au profit de son fils. C’est la troisième enquête pénale visant le richissime émirat gazier en France, après celles sur les commissions versées lors de son entrée au capital de Veolia et le rachat très controversé des grands magasins parisiens du Printemps.