Extrême droite et laïcité: 112 ans de tension

Par Nicolas Lebourg

Alors que ce 9 décembre marque l’anniversaire de la loi de 1905, l’historien Nicolas Lebourg revient pour Mediapart sur la façon dont la laïcité a été, au fil des ans, un enjeu clivant à l’intérieur des courants nationalistes, en France comme en Europe, et rappelle comment l’extrême droite a finalement réussi à diffuser l’idée d’une « laïcité de la revanche » dans le débat public.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le mot laïcité est devenu frontière. Aujourd’hui, 112 ans après le vote de la loi de 1905, on s’en pare pour attaquer les musulmans, qui en seraient les pires ennemis selon beaucoup, ou bien, chez quelques-uns, pour la fustiger comme discriminante et ainsi faire le procès de l’universalisme. Mais, dans un même mouvement, ces deux camps ne cessent de se situer par rapport à « l’extrême droite », étiquette ici utilisée comme une injure que l’on jette à un adversaire dont on veut dire qu’il serait liberticide. Voici deux notions que l’on fait résonner ensemble, comme si cela recouvrait un sens évident. On les agite en affirmant bien que chacune serait « une tradition française »… Un moyen d’évacuer d’autorité toute comparaison dans le temps et l’espace pour proclamer qu’un fait se réduit à ce que l’on en dit.