A Marseille, deux travailleurs sociaux en garde à vue après avoir alerté sur des dysfonctionnements

Par et Samantha Rouchard (le Ravi)

Deux salariés de l’association Fouque, qui accueille des mineurs et jeunes majeurs placés à Marseille, se sont retrouvés en garde à vue le 12 septembre 2018 après avoir dénoncé des dysfonctionnements internes. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Convoqués pour une simple audition en tant que témoins à la brigade des mineurs de la sûreté départementale de Marseille, le 12 septembre 2018, une veilleuse de nuit de la maison d’enfants à caractère social (Mecs) Les Saints-Anges (Marseille 8e) et Christian Barbe, délégué central CGT, ont été placés en garde à vue pour dénonciation mensongère ayant entraîné des recherches inutiles. Une infraction qui peut être punie de six mois d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende. Selon le délégué central, l’audition était plutôt à charge.