Salah Abdeslam et les multiples facettes d’un « combattant de l’État islamique » fatigué

Empêtré dans ses contradictions, entre la volonté d’assurer sa réputation et une volonté d’atténuer la perpétuité qu’on lui promet, l’unique survivant du commando du 13-Novembre a livré sa version de son embrigadement djihadiste.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’accusé est fringant avec sa chemise blanche, cintrée, et son masque en tissu, cachant aux regards inquisiteurs sa barbe. L’accusé est fringant mais le terroriste est fatigué. C’est en tout cas ce que ne cesse de répéter Salah Abdeslam durant les sept heures de son premier interrogatoire sur les faits. Il le dit et redit. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal