De la prison ferme requise contre François Fillon

Par

Cinq ans de prison dont trois avec sursis ont été réclamés mardi contre l’ex-dirigeant de la droite. Pour le procureur, la stratégie de victimisation et de mise en cause de l’autorité judiciaire de M. Fillon ne résiste pas aux faits.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au terme d’un implacable réquisitoire de plus de quatre heures, ce mardi au tribunal de Paris, on se disait que le parquet national financier (PNF) était sur le point de réclamer de lourdes peines de prison contre François Fillon, voire contre Penelope Fillon et Marc Joulaud. La plupart des éléments avancés par la défense pendant ce procès sont repoussés un à un, et les deux procureurs n’ont pas de mots assez sévères pour fustiger « l’appât du gain », le « cynisme » et la « mauvaise foi » dont a fait preuve l’ancien champion de la droite à la barre du tribunal, annonçant la nécessité de prononcer contre lui des sanctions exemplaires. L’intéressé regarde devant lui, tête baissée, et n’accorde pas un regard aux procureurs.