Affaire «Maria» à Marseille: une dernière tentative pour que la vérité éclate

Faute d’avoir pu identifier les policiers qui ont fracassé le crâne d’une jeune femme de 19 ans, en décembre 2018, le juge d’instruction a dû rendre un non-lieu. L’avocat de Maria demande la réouverture de l’enquête, à la faveur d’un nouveau témoignage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis le 18 décembre 2020, l’affaire est close sur le plan judiciaire. Deux ans après la pluie de coups qui s’est abattue sur Maria*, alors âgée de 19 ans, un juge d’instruction marseillais a dû se résoudre à prendre une ordonnance de non-lieu. En l’état, il ne peut pas y avoir de procès.