A un mois des législatives, le FN est en ébullition

Par

Le retrait de Marion Maréchal-Le Pen et un score en dessous de ses espérances mettent le parti frontiste sous tension. Des membres de l'équipe de campagne interrogés par Mediapart estiment que la ligne Philippot est « invalidée » après deux défaites à la présidentielle et s'inquiètent d'une « base très remontée ». « On n'échappera pas à un examen de conscience », dit l'un d'eux.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le couvercle devait être maintenu jusqu’aux élections législatives… Mais depuis les résultats de l’élection présidentielle, dimanche, et l’annonce du départ de Marion Maréchal-Le Pen, mardi, le Front national est en ébullition. Pour la première fois depuis que Marine Le Pen a pris les rênes du parti, celui-ci apparaît publiquement profondément divisé et sous tension. En cause, la stratégie qui l’a mené en dessous de ses espérances. Pour une partie de l'appareil, le coupable est tout trouvé : Florian Philippot.