Grande distribution: le miroir aux alouettes de la prime de 1000 euros

Par Nassira El Moaddem

Les enseignes de la grande distribution avaient annoncé une prime de 1 000 euros pour tous leurs salariés venant travailler au début du confinement. Quelques semaines plus tard, alors que la grande distribution a fait des chiffres d’affaires records, leurs salariés découvrent la réalité de ces primes. Un coup de com’.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En pleine pandémie, Auchan avait voulu frapper fort. Au moins, sur le plan de la communication. Le 22 mars, ce géant de la grande distribution s’était engagé à récompenser ses équipes sur le front : la veille, le ministre de l’économie et des finances, Bruno Le Maire, avait lancé un appel aux entreprises, en particulier à celles de la grande distribution qui compte 750 000 salariés, à verser une prime de 1 000 euros à leurs salariés qui continueraient à venir travailler. Les plus exposés. Dans son communiqué, la direction d’Auchan Retail France affirmait avoir « décidé de reconnaître financièrement la mobilisation exceptionnelle de ses équipes », précisant que « l’ensemble des collaborateurs des magasins, entrepôts, drives, services de livraison à domicile et site de e-commerce, se verront verser, dans les semaines qui viennent, une prime forfaitaire de 1 000 euros ». 65 000 salariés étaient concernés, assurait l’enseigne. Une promesse reprise en boucle dans les médias mais bien éloignée de la réalité.