Mort au commissariat, Amadou Koumé «émettait des cris d’agonie et d’étouffement»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 6 mars 2015, peu après minuit, Amadou Koumé, 33 ans, est interpellé par des policiers dans un bar près de la gare du Nord. L'homme est agité, c'est le barman qui a composé le 17. À 2 h 30 du matin, il est déclaré mort au commissariat du Xe arrondissement de Paris. C'est une capitaine de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) qui cosigne l'acte lde décès à 15h30 à la mairie. Que s’est-il passé entretemps ? Mystère pour sa famille qui, six mois après, n’a toujours pas accès à l’enquête préliminaire pour « homicide involontaire » confiée le 12 mars par le procureur de Paris à la police des polices.