Le salafisme en France: un courant fondamentaliste en quête de normalisation (1/2)

La présence des salafistes en France n'a cessé de se développer au cours des dernières années. Un salafisme « à la française », selon les chercheurs que Mediapart a interrogés, s'accommodant des normes républicaines, serait en train d'émerger, malgré la primauté accordée aux principes religieux. Premier volet de notre enquête.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Les salafistes, en France, ont mauvaise réputation. Après les émeutes à Trappes dans les Yvelines à l'été 2013, Manuel Valls, alors ministre de l'intérieur, les accuse de vouloir « déstabiliser le pacte républicain ». Désignés comme des « fous d’Allah » dans les médias, ils sont montrés vociférant pour défendre leur femme en niqab ou criant des slogans antisémites dans des manifestations pro-Gaza. Assimilés aux terroristes djihadistes, ils sont l’image du mal absolu. Depuis les attentats de Paris de janvier 2015, la charge péjorative associée à ce courant fondamentaliste qui se réfère à une lecture littérale du Coran et des textes sacrés est maximale. Le meurtre de Saint-Quentin-Fallavier au cours duquel un homme a été décapité, en juin 2015, a alourdi leur dossier. Qui sont ces musulmans, qui tout à la fois suscitent l’opprobre, font peur et fascinent ? Comment s’organisent-ils ? Quels sont leurs usages ? Comment envisagent-ils leur inscription dans la cité ? Dans quelles mesures mettent-ils en cause les normes républicaines ? Mediapart a posé ces questions à plusieurs chercheurs et observateurs des évolutions du salafisme en France. Cette enquête aborde la particularité djihadiste, mais n'en fait pas le centre de ses développements, afin de saisir, hors des focalisations médiatiques et politiques, la réalité des recompositions à l'œuvre.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Migrations — Enquête
L’accueil toujours « décousu » des réfugiés ukrainiens en France
Plus de 30 000 personnes auraient trouvé refuge en France depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, en février. Si le gouvernement a assuré que tous les moyens seraient mis en œuvre pour les accueillir, la désorganisation persiste, regrettent les acteurs de terrain.
par Nejma Brahim et Floriane Alaoui
Attention inflation !
L’économie française sous la menace de la hausse des prix
La croissance a stagné au premier trimestre et ne devrait pas faire beaucoup mieux au deuxième. La compression des revenus réels et l’indifférence quasi complète du gouvernement conduisent à une situation des plus préoccupantes. Toute l’économie se recroqueville.
par Romaric Godin
Politique
Sortants, conseillers et parachutés : la « réinvention » macroniste ne passera pas par l’Assemblée
Emmanuel Macron a réuni mardi les candidats de son camp aux élections législatives. La future majorité qu’il espère obtenir s’annonce macroniste jusqu’au bout des ongles. Le chef de l’État a fait confiance aux députés, conseillers et ministres de son premier quinquennat, balayant les espoirs d’élargissement et de renouvellement dans ses rangs.
par Ilyes Ramdani
Justice — Reportage
Au procès de la députée Sira Sylla : « Le collaborateur s’occupait aussi des livraisons de champagne »
La députée de Seine-Maritime Sira Sylla a été une nouvelle fois jugée aux prud’hommes pour répondre de faits de harcèlement sur un collaborateur, qui devait notamment garder son chien et lui acheter cigarettes et champagne. L’élue n’était pas présente à l’audience, étant en campagne pour sa réélection, avec le soutien de la majorité.
par Antton Rouget