Les pratiques du fichage génétique familial

Par

Deux universitaires contestent la légalité de la pratique de la recherche « en parentèle », qui consiste à rechercher, au sein du Fichier national des empreintes génétiques, non pas un suspect mais un membre de sa famille. Cette technique conduit à ficher indirectement des millions de Français. Elle pourrait être contraire à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les Français font l’objet d’un fichage génétique de masse grâce à une disposition introduite en toute discrétion il y a cinq ans et permettant une extension considérable et inquiétante du Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG), dénoncent deux chercheurs dans un article publié mercredi 8 novembre.