Migrants à la frontière franco-italienne: l’aide humanitaire mise à mal, les associations contre-attaquent

Par

Le tribunal administratif de Nice a donné raison à deux associations qui dénoncent l’impossibilité de porter une assistance juridique et médicale aux exilés arrêtés à la frontière franco-italienne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Cela fait cinq ans que l’on nous refuse l’accès à ces lieux », peste Laure Palun, directrice de l’Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers (Anafé). Ces lieux, ce sont des préfabriqués installés au niveau de la police aux frontières (PAF) de Menton et de Montgenèvre (Hautes-Alpes), deux points d’entrée pour les migrants à la frontière franco-italienne particulièrement surveillés.