La privatisation d’Aéroports de Paris est suspendue

Par

En pleine crise du coronavirus, le gouvernement affirme que la privatisation « ne saurait se poser dans l’immédiat compte tenu des conditions » du marché. Mais c’est bien la mobilisation citoyenne qui constitue un obstacle majeur pour l’exécutif.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour tous les opposants à la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP), qu'ils soient de gauche ou de droite, c'est un répit, sinon une première victoire. Le gouvernement a décidé de suspendre l'opération. C'est la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye qui l'a indiqué mercredi 11 mars, à l'issue du conseil des ministres, expliquant que la question de la privatisation « ne saurait se poser dans l’immédiat compte tenu des conditions » du marché, dues à la crise du coronavirus et du pétrole.