Privatisation de la Française des jeux: le scandale oublié

Par

Moins visible qu’ADP, la cession au secteur privé de 52 % de la FDJ pose pourtant d’immenses problèmes dintérêt général, notamment en termes d’inégalités sociales. Cette privatisation est une nouvelle preuve de l’entêtement de l’exécutif.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Elle passerait presque inaperçue. Si la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP) a soulevé non sans raison l’indignation générale de l’opposition au point de déclencher une procédure inédite de référendum d’initiative partagée, celle de la Française des jeux (FDJ) suscite beaucoup moins d’émois. Pourtant, l’article 51-III de la loi Pacte autorise dans sa troisième partie « le transfert au secteur privé de la majorité du capital de la société Française des jeux ». Dans la discussion parlementaire, Bruno Le Maire a indiqué que l’État entendait conserver 20 % de la FDJ.