Restrictions dans les cimetières: «On ne va pas faire entrer les CRS quand même!»

Par

Dans le plus grand cimetière de France, les agents ont vu monter l’an dernier la vague de mortalité en Île-de-France. Aujourd’hui, ils composent avec les multiples restrictions sur les funérailles et leur propre protection.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tous les cimetières parisiens ont un chat apprivoisé, une sorte délu parmi les dizaines de matous qui rôdent dans les allées. Celui du cimetière parisien de Pantin (Seine-Saint-Denis), hors les murs de la capitale donc, s’appelle Caramel et somnole à la porte du bâtiment administratif, sans être franchement dérangé par les allées et venues. Elle semble loin la folle agitation d’avril 2020 : certains jours, plus de 40 convois funéraires se sont alors succédé, un travail de « flux » selon les agents du plus grand cimetière de France.