Des ministères aux affaires: les folles manœuvres du conseiller Supplisson

Par et

Reconverti dans le privé, le haut fonctionnaire Frank Supplisson enchaîne les reprises d’usines dans des secteurs industriels stratégiques. Après l’armement en janvier, il se positionne désormais sur la santé et l’usine Famar, qui façonne un médicament à base de chloroquine, molécule testée contre le Covid-19. Cet ancien conseiller de Sarkozy, Lagarde et Besson bénéficie du soutien de Bercy.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Frank Supplisson ne pouvait pas rater une occasion pareille. Reconverti dans le privé, ce haut fonctionnaire, qui a travaillé auprès de Nicolas Sarkozy, Christine Lagarde et Éric Besson, a jeté son dévolu sur l’usine Famar, à Saint-Genis-Laval, près de Lyon. En redressement judiciaire depuis près d’un an, ce façonnier pharmaceutique produit notamment des comprimés de Nivaquine, un médicament de Sanofi ayant pour principe actif la chloroquine, une molécule testée contre le Covid-19. Sa situation a été ultra-médiatisée à la faveur de la crise sanitaire. Au point que certains élus, à gauche comme à droite, réclament désormais sa nationalisation pour « rebâtir une indépendance agricole, sanitaire, industrielle et technologique française ».