Seuls face à l’extrême droite: le jeu dangereux des macronistes

Par

Certains macronistes profitent de l’affaiblissement des partis d’opposition pour lancer des appels à rejoindre leurs rangs. Sous couvert de rassemblement, ils piétinent le pluralisme, écartent les contre-pouvoirs, et installent le RN comme unique alternative.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Qui est prêt à faire passer son pays avant son parti ? » Cette question, posée par la secrétaire d’État Marlène Schiappa et les deux députés LREM Olivia Grégoire et Laurent Saint-Martin, dans une tribune parue le 9 juin dans Le JDD, peut sembler anodine sur le papier. Après tout, que des macronistes qui se targuent depuis plus de deux ans de dépasser les clivages appellent sans distinction ceux qui le souhaitent – de LR au PS, en passant par le Parti animaliste – à les rejoindre n’a rien de surprenant.