Sarkozy, les singes et le racisme: la droite regarde (encore) ailleurs

Par

Les propos de l’ancien président de la République assimilant dans un stupéfiant raccourci « singes » et « nègres » embarrassent une droite, obsédée par sa concurrence avec le RN, qui continue de fermer les yeux sur le racisme dans ses rangs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«J’aime les mots, j’aime les utiliser, j’aime leur donner une consistance, une odeur. » Invité ce jeudi soir en majesté dans l’émission « Quotidien », Nicolas Sarkozy – qui a longuement fait la promotion de son dernier livre en s’émerveillant de son plaisir à écrire – s’est livré à un parallèle pour le moins embarrassant de la part d’un ancien président de la République. Fustigeant depuis plusieurs minutes la dictature du « politiquement correct », une « société tellement corsetée » qui a désormais peur des mots, il dénonce « ces élites qui se pincent le nez, qui sont comme les singes qui n’écoutent personne ».