Pour les fous aussi, liberté de circulation!

Par

L'enfermement n'a jamais soigné la folie mais une organisation de l'espace et du temps peut l'apaiser. C'est le «travail de civilisation» que défend le psychiatre Guy Dana et qu'il expose dans un petit livre: Quelle politique pour la folie?. Explications sur le terrain.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est un livre qui donne envie d'aller voir plus loin. 288 pages qui poussent à se rendre à Longjumeau dans l'Essonne, à quelque 20 kilomètres au sud-ouest de Paris, pour voir comment on peut résister au discours de la peur lorsque l'on entreprend de soigner la folie. Car dans Quelle politique pour la folie?, le psychiatre et psychanalyste Guy Dana défend farouchement l'idée que la folie peut s'apaiser lorsqu'une certaine liberté de circulation lui est accordée.