Aux discours identitaires, Mélenchon oppose la «créolisation»

Par et

Cette notion, empruntée à Édouard Glissant, permet au leader des Insoumis de concilier sa fidélité à l’idéal universaliste et une acceptation franche du pluralisme culturel de la société française. Mais le flou demeure sur sa traduction en politiques concrètes. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un mot, lâché parmi tant d’autres, mais qui ne cesse, depuis quelques semaines, de nourrir des commentaires. À l’occasion de sa rentrée politique, Jean-Luc Mélenchon a introduit dans son discours public la « créolisation », une notion empruntée au poète martiniquais Édouard Glissant (1928-2011), qui désignait ainsi la fabrique « d’une culture ouverte et inextricable », à rebours de « l’uniformisation par les grandes centrales médiatiques et artistiques ».