Sens commun: le double discours permanent

Par

En quittant la présidence de Sens commun, Christophe Billan espère sauver la place de son mouvement au sein de LR. Ses dénégations quant à ses relations avec la droite de la droite cadrent mal avec les faits, révèle Mediapart.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sa situation était devenue intenable. Alors que de plus en plus de responsables de Les Républicains demandaient sa tête, le président de Sens commun Christophe Billan a annoncé dans Le Figaro ce vendredi 10 novembre qu’il quittait la présidence du mouvement. Ses déclarations dans le mensuel L’Incorrect où il affirmait souhaiter une plate-forme commune avec Marion Maréchal Le Pen avaient plongé Les Républicains dans une crise feutrée, mais profonde. « Tant que je reste un point de crispation, Sens commun ne peut pas remplir sa fonction qui est de peser sur le débat des idées », explique-t-il dans cet entretien. En se sacrifiant, Billan espère sauver la place de son mouvement au sein de LR.