L’affaire Kader Arif démontre l’inanité de la CJR

L’absence de deux juges parlementaires, une sénatrice retenue en commission et son suppléant positif au Covid-19, a empêché la tenue du procès de Kader Arif devant la Cour de justice de la République. Une preuve de plus de l’inutilité de cette juridiction d’exception.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Est-ce un signe du mépris de certains politiques envers la justice ? S’agit-il de simple légèreté, ou d’un concours de circonstances lié au contexte sanitaire ? Certainement tout cela à la fois.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal