C’est un dossier que la justice refuse obstinément d’ouvrir. Et l’on devine assez bien pourquoi. Il pose la question de la défaillance et de la responsabilité de l’État dans la surveillance des réseaux ayant fourni les armes aux terroristes des 7, 8 et 9 janvier 2015.