Les gendarmes mis en cause par leur «infiltré»

Par

En évoquant devant les juges un incident survenu lors d’une livraison d’armes, un proche d’Amedy Coulibaly a récemment relancé l’hypothèse d’un loupé de la gendarmerie dans les attentats de janvier 2015. Des notes déclassifiées confirment qu’un indicateur, Claude Hermant, actuellement écroué, avait livré des informations sur le réseau ayant alimenté les terroristes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Donc, vous avez acheté des dizaines d’armes, dont celles ayant été utilisées par Amedy Coulibaly à l'Hyper Cacher et celles retrouvées chez lui, avec la bénédiction de la gendarmerie ? » Malgré l’ironie de la question du brigadier-chef de la Sous-direction antiterroriste (SDAT), l’homme en garde à vue, Claude Hermant, indicateur immatriculé à la gendarmerie, approuve : « Oui, bénédiction est un terme un peu trop fort, mais c’est ça. »