La France insoumise et le «plan B»: quatre années d’ambiguïté

Par

À quelques semaines des élections européennes, la formation de Jean-Luc Mélenchon a renoncé à évoquer l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne et de l’euro. Récit des glissements successifs qui ont conduit à l’abandon de cette idée, devenue un boulet pour le mouvement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À La France insoumise, c’est l’Arlésienne. Beaucoup en ont entendu parler ; ceux qui l’ont lu se comptent sur les doigts d’une main. Le livret thématique sur la stratégie du « plan A/plan B », qui était pourtant le socle du programme de la présidentielle, n’aura finalement pas vu le jour, du moins officiellement, comme en témoigne cette page internet vide. « On ne l’a pas publié parce que nous n’avons pas eu le temps de le finir, c’était au moment de la campagne présidentielle, on était débordés », affirme, embarrassé, Manuel Bompard, numéro 2 de La France insoumise (LFI).