Crémations forcées: la justice enquête sur l’incinération d’une victime du Covid

Par Lou Syrah

Décédé un matin de mars 2020, Patrick Grasset est passé à la crémation cinq heures plus tard, sans l’accord de ses enfants. D’après nos informations, le parquet de Châlons-en-Champagne a ouvert une enquête préliminaire sur plainte de la famille pour « atteinte à l’intégrité d’un cadavre ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après Rungis, cet ancien hangar de fruits et légumes du marché du Val-de-Marne aménagé en morgue géante au printemps 2020, c’est une autre affaire qui devrait entacher la gestion de crise du gouvernement : celle des crémations forcées dont la justice s’apprête à ouvrir la boîte de Pandore.