A Paris, la police cible des prostituées sans papiers fragilisées par le couvre-feu

Par Rémi Yang

Des contrôles d’identité à répétition visent, depuis un mois, des exilées chinoises. D’après nos informations, un député LREM met en garde, dans un courrier, le ministre de l’intérieur : « Il ne faudrait pas utiliser la situation sanitaire pour conduire des opérations qui ne sont pas justifiées par le droit. »

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce mercredi de mars, Madame Ling* fait le pied de grue sur le boulevard de la Villette, comme presque tous les jours depuis quatre ans. Sur le même secteur, elles sont plusieurs dizaines d’autres prostituées chinoises à travailler. Un après-midi calme, sans histoire, raconte Madame Ling. Jusqu’à ce qu’un groupe de policiers en civil vienne contrôler ses papiers ainsi que ceux de ses collègues. Dans le métier, elles sont presque toutes en situation irrégulière.