Usul. Dîners clandestins: l’insoutenable légèreté de la bourgeoisie

Par Usul et Rémi Liechti

Pendant une semaine, une banale affaire de dîners secrets a fait frémir les sphères politique et médiatique. Essayons de comprendre pourquoi tout le monde semble à cran dès qu’on tend un micro à Pierre-Jean Chalençon.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

© Mediapart

Comment expliquer qu’une banale affaire de dîners secrets ait pu faire frémir les sphères politique et médiatique pendant une semaine entière ? Si l’on écoute les éditorialistes, tout le monde resquille de toute façon. Tout le monde, même les plus modestes : exigeraient-ils de leurs dirigeants l’exemplarité alors qu’ils « teufent » en Bretagne ou « carnavalent » à Marseille ? Ce serait gonflé.

Si les éditorialistes relativisent, serait-ce précisément parce qu’ils se rendent eux-mêmes à ces dîners ? Affirmer cela serait démagogique et, faute de preuves, alimenterait un climat de suspicion insupportable. Essayons néanmoins de comprendre pourquoi tout le monde semble à cran dès qu’on tend un micro à Pierre-Jean Chalençon.

> Suivez « Ouvrez les guillemets » sur Twitter, Facebook et YouTube.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous