Macron, la stratégie de l’usure

Par

La dernière sortie du président de la République sur les défenseurs des APL et l’héroïsme d’Arnaud Beltrame reflète la stratégie de l’Élysée : imposer ses réformes au pas de charge et mépriser les colères, tant Emmanuel Macron est persuadé que le temps finira par lui donner raison.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En l’espace de quelques semaines, la même scène s’est reproduite à l’identique, dans des contextes pourtant très différents. Début avril, à Rouen, Emmanuel Macron explique à une aide-soignante qui l’interpelle, qu’elle dit « des bêtises ». Plus tard, à Washington, devant une poignée de militants venus lui demander pourquoi il « casse les grèves en France et les syndicats », il se fait encore plus cinglant : « Si vous voulez présider mon pays, prenez ma place ! Allez devant le peuple et faites-vous élire ! Je vous en prie ! »