Les barrières d’accès à une alimentation saine quand on est pauvre

Par

L’épidémie a fragilisé les plus pauvres. Plus que jamais, la question alimentaire se retrouve au centre des préoccupations. Mais les associations essaient de ne pas sacrifier la qualité en proposant aux bénéficiaires des produits frais et sains.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La crise sanitaire a agi comme un miroir grossissant sur les failles de la société et a montré qu’une part grandissante de la population peine à se nourrir. Le recours à l’aide alimentaire, depuis le premier confinement du printemps 2020, est devenu « une condition de survie » comme le rappelle le rapport baptisé « La Pauvreté démultipliée » remis au premier ministre le 12 mai par le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et les exclusions (CNLE), une instance consultative.