A la télé: les morts-vivants face aux chauves-souris

Par

Un monde politique s’écroule, qui ne veut pas mourir et délègue, sur les plateaux de télévision, des représentants abasourdis. Qui voudraient croire, à leur propos, au leitmotiv d’un antique sketch de Robert Lamoureux : « Et le canard était toujours vivant »

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sur France 2, la soirée donne idée de la satisfaction qu’éprouve un homme ayant les mains libres pour évoluer à sa guise, sans concurrence ni entrave : Laurent Delahousse est seul aux commandes, débarrassé de David Pujadas. Primus inter pares, le présentateur se prend pour l’Élysée. Il consent à donner de temps à autre la parole à Léa Salamé, simple soutien, qui fait alors figure de Matignon.