Les cafouillages du «défenseur des flics»

Par

Christophe Castaner a surpris les policiers par ses annonces sur les sanctions des policiers racistes, et l’abandon de la clé d'étranglement lors des interpellations difficiles. Il a reçu jeudi et vendredi des syndicats excédés, devant lesquels il a nuancé ses annonces.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est parfois difficile pour un acteur de changer totalement de texte. Et encore plus quand son public n’est pas averti. C’est l’expérience vécue par Christophe Castaner, lundi. Après vingt mois de soutien sans faille aux policiers et aux gendarmes, le ministre de l’intérieur a semblé tourner le dos à « ses flics » après le succès de la manifestation antiraciste du 2 juin à l’appel du comité Adama devant le palais de justice de Paris.