En Guadeloupe, l’eau courante, potable, est devenue un luxe

En Guadeloupe, des milliers d’habitants vivent au rythme des « tours d’eau », des coupures programmées, ou n’ont tout simplement pas d’eau au robinet depuis plusieurs années. Les habitants subissent des coupures prolongées, même en pleine pandémie de Covid-19. Face à la catastrophe sanitaire, les pouvoirs publics sont accusés d’incurie. Premier volet de notre série.

Daphné Gastaldi et Mathieu Martiniere (We Report)

12 juillet 2021 à 12h59

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Basse-Terre (Guadeloupe).– « Ne pas avoir d’eau en période de crise sanitaire, c’est quasiment criminel », lance Philippe Gustin, le préfet de Guadeloupe, le 14 avril 2020, sur les ondes de Radio Caraïbes International. Au centre hospitalier de la Basse-Terre, c’est pourtant une réalité : l’eau a manqué au début de la pandémie de Covid-19. « Le jour où les infirmières devaient faire les premiers prélèvements Covid, il n’y avait pas d’eau pour se laver les mains. J’ai dû leur amener des seaux d’eau », se remémore Marie-Catherine Receveur, cheffe du service infectiologie, encore marquée par cet épisode. « Cela a rendu les soins beaucoup plus lourds pour les patients », soupire l’infectiologue. Depuis, l’établissement s’est équipé d’une réserve d’eau de trois jours pour ne plus subir ces coupures d’eau chroniques.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Santé — Analyse
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicales
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Qatar : le Mondial de la honte — Enquête
Les nouvelles liaisons dangereuses de Sarkozy avec le Qatar
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Europe — Reportage
Après la victoire de Giorgia Meloni, les féministes veulent réveiller l’Italie
L’accession au pouvoir du parti post-fasciste Fratelli d’Italia, de ses idées racistes, de sa culture patriarcale et de son homophobie décomplexée, fait craindre le pire en Italie. Le pays enregistre déjà un lourd retard en matière de droits des femmes. Mais une nouvelle génération entend bousculer l’ordre établi.
par Ellen Salvi
Police
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello